Claude Mbowou

claude-photo-de-profil-piaf

Claude MBOWOU travaille actuellement sur sa thèse de doctorat de science politique sous la direction de Gilles Dorronsoro à la Sorbonne où il est également chargé d’enseignement. Sur les cinq dernières années, il a mené des recherches de terrain dans le sud du bassin du Lac Tchad particulièrement dans les marges frontalières entre le Nord Cameroun, le Nord Est du Nigéria et le Tchad. Ces recherches  l’ont d’abord conduit à relever l’intérêt  heuristique d’aborder le processus d’étatisation au Cameroun en le saisissant, non plus à partir de ses centres historiques de construction et de formation mais de ses marges. Notamment sur la base des problématiques constituées par l’identification des populations subalternes installées dans les marges frontalières du Nord-Cameroun et parfois « flottantes » du fait de leurs  circulations transfrontalières. C’est ainsi que ces premiers résultats de recherche ont consisté à documenter, par une observation ethnographique, les interactions entre subalternes et «hommes en tenue » aux guichets ou dans les espaces où se délivrent les documents portatifs d’identité (carte d’identité  nationale, carte d’électeurs etc…) , le rôle et les pratiques des intermédiaires dans ce processus et leurs effets, le contrôle de l’identité au fil des check point,. Mais aussi les logiques politiques et bureaucratiques générées par l’instauration récente de la biométrie et les matérialités et pratiques parfois paradoxales donc dépend son opérationalisation.  Il a ainsi pu montrer que l’identification comme dispositif révèle, dans ce contexte, d’autres structures d’inégalité sous le rapport de la citoyenneté ou de l’objectivation de l’Etat et de ses frontières et permet de rendre visible des logiques autrement invisibilisées du contrôle des populations dans une économie de la domination où la cible du gouvernement ce n’est point prioritairement des individus mais des communautés. A partir de ces premiers matériaux et de ses recherches ultérieures intervenues au moment où au Nord du Cameroun on basculait progressivement dans la guerre contre « le terrorisme », il se consacre actuellement  à l’analyse d’une part du lien entre ces invisibilités, ces inégalités et ces marginalités et l’ancrage de la violence. Et d’autre part,  à l’analyse des logiques de l’identification dans les mobilisations contre-insurrectionnelles et leurs effets sur la définition des deux figures en miroir que sont celle de l’ennemi et et celle du citoyen  légitime.