Quelles motivations pour l’enregistrement à l’état-civil en Côte d’Ivoire dans les années 1950 ?

Un compte rendu d’archives de Louise Barré, doctorante au sein de l’équipe PIAF et de retour de terrain en Côte d’Ivoire.

Dans le cadre d’une recherche de doctorat intitulé « Réformer les familles ivoiriennes, 1950-1970 », je m’intéresse au processus d’identification individuelle par l’état-civil à partir de 1950. L’extrait de naissance, de mariage ou de décès met l’individu aux prises avec les catégories administratives de l’identité. Ces papiers font notamment de la filiation biologique et, bientôt, du nom du père, les critères fondamentaux de la reconnaissance. En échange de cette contrainte redoublée en 1964, quatre ans après l’indépendance, par l’imposition du patronyme masculin pour toutes les nouvelles naissances, les « pièces » offrent au déclarant un outil central pour l’exercice de leur citoyenneté. L’emploi salarié ou le bénéfice d’allocation familiale en dépendent. Alors que Frederick Cooper a noté la progression régulière des déclarations à l’état-civil en A.O.F. à la fin de l’époque coloniale, il s’agit ici d’en donner une image plus ajustée, notamment en prenant en compte l’effet d’incitation qu’a représenté la mise en place d’une politique familiale en application du code du travail d’outre-mer1.

Lire la suite

  1. Frederick Cooper, « Voting, Welfare and Registration : the Strange Fate of the État Civil in French West Africa, 1945-1960 », Proceedings of the British Academy, 182, 385-412, 2012. []

Biométrie au Tchad : nouvelles technologies et vieilles recettes électorales

Un article de Marielle Debos, membre de l’équipe PIAF, paru le 27 avril dans The Conversation.

Depuis le début des années 2000, les technologies d’identification biométrique représentent un marché en pleine expansion en Afrique. Ces technologies, qui ont d’abord été développées par des multinationales du secteur de la défense et de la sécurité, sont régulièrement présentées comme une solution pour limiter les fraudes électorales. La tenue des premières élections « biométriques » au Tchad, les 9 et 10 avril derniers, montre que ces nouvelles technologies, extrêmement coûteuses, suscitent des espoirs mais ne modifient pas radicalement les règles du jeu politique.

Lire la suitehttps://theconversation.com/biometrie-au-tchad-nouvelles-technologies-et-vieilles-recettes-electorales-58394

In English: https://theconversation.com/biometric-voting-in-chad-new-technology-same-old-political-tricks-58663

Le projet ANR Piaf

Mis en avant

Voici le carnet de recherche du projet ANR « La vie sociale et politique des papiers d’identification en Afrique ». Ce projet, coordonné par Richard Banégas et Séverine Awenengo Dalberto, se propose d’étudier la « gouvernementalité des papiers » en Afrique subsaharienne, de l’après-guerre à l’époque actuelle de diffusion globale des normes biométriques d’identification.

Le constat de départ de cette recherche collective est la quasi absence de travaux sur les documents identificatoires en Afrique alors même qu’une grande partie des crises que traversent les sociétés africaines contemporaines sont des crises de la citoyenneté qui portent sur la question des droits et mettent en jeu les supports juridiques et politiques de leur reconnaissance, au premier rang desquels les « papiers » (cartes d’identité, d’électeurs, de séjour, extraits de naissance, certificats de nationalité, mais aussi titres fonciers, certificats de propriété, etc.).

En abordant les « papiers » dans une perspective de sociologie historique comparée, il s’agit de comprendre la façon dont les dispositifs matériels de l’identification ont, d’un côté, répondu au projet étatique d’inclure, d’exclure ou de contrôler les individus et, de l’autre, permis l’émergence de nouvelles subjectivités morales et politiques. L’objectif de ce programme est de restituer l’historicité et l’ambivalence de ces processus, d’explorer la pluralité des instances de production documentaire et la complexité des rapports que les individus nouent à ces documents et institutions. Par-delà une analyse de l’encartement comme technologie de pouvoir, il vise à rendre compte de la « vie sociale des papiers » pour mieux appréhender, par le bas, les pratiques ordinaires de la citoyenneté.

Le programme repose sur une approche comparatiste croisant des études de cas menées dans une douzaine de pays d’Afrique subsaharienne : Afrique du Sud, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Kenya, Mali, Mauritanie, Nigeria, Ouganda, Rwanda, Sénégal, Tchad. Il mobilise deux partenaires institutionnels en France (le Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po et l’Institut des mondes africains (IMAf)), des collaborations universitaires africaines (dont Wits University à Johannesburg) et quinze chercheurs, historiens, politistes et anthropologues, spécialistes des questions de citoyenneté sur leurs terrains respectifs.