DOSSIER POLITIQUE AFRICAINE – BIOMAÎTRISER LES IDENTITÉS ?

Le dossier Biomaîtriser les identités ? coordonné par Séverine Awenengo Dalberto, Richard Banégas et Armando Cutolo a été publié par Politique Africaine 2018/4 – n° 152 https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4.htm

 

Voici les contributions des membres du projet PIAF:

Séverine Awenengo DalbertoRichard Banégas et Armando Cutlolo : Biomaîtriser les identités ? État documentaire et citoyenneté au tournant biométrique,  https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4-page-5.htm

 

Keith Breckenridge : État documentaire et identification mathématique : la dimension théorique du gouvernement biométrique africain,  https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4-page-31.htm

  • Résumé : Prolongeant d’autres travaux, cet essai soutient que l’enregistrement biométrique des identités constitue une rupture importante avec la longue histoire de l’État documentaire. En ôtant toute latitude au sujet dans l’acte d’identification, la biométrie de Galton était conçue pour répondre aux faiblesses du gouvernement par l’écrit. L’article montre que, par ses capacités et ses caractéristiques matérielles, les propriétés mathématiques de l’identification biométrique sont diamétralement opposées aux opérations de l’État documentaire. Ces propriétés portent la promesse d’une forme unique et universelle d’enregistrement qui pourrait compenser les faiblesses des sociétés africaines postcoloniales. Mais rien ne semble indiquer qu’un panopticon biométrique soit déjà fonctionnel.

 

Jeanne Bouyat : Des barrières de papier digitalisées : vérifications d’identité et exclusion des élèves immigrés dans les lycées populaires de Johannesburg,  https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4-page-51.htm

  • Résumé : Comment les dispositifs d’identification orientent-ils les pratiques du personnel scolaire envers les élèves immigrés, et favorisent-ils le tri et l’exclusion ? L’analyse de leur matérialité et de leur utilisation dans des lycées populaires de Johannesburg révèle qu’ils forment un régime mixte où prévaut la vérification documentaire, articulée à l’attestation interpersonnelle et à l’authentification digitale. Le contrôle migratoire est ainsi co-produit par les ministères de l’Éducation et du Home Affairs. Les barrières de papier à la scolarisation sont durcies par l’informatisation et le personnel scolaire perd sa capacité à les atténuer, dans un contexte de précarité et de banalisation de la xénophobie.

 

Zekeria Ould Ahmed Salem : « Touche pas à ma nationalité » : enrôlement biométrique et controverses sur l’identification en Mauritanie, https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4-page-77.htm

  • Résumé : En se basant sur une enquête de terrain menée entre 2010 et 2017, cet article reconstitue les modalités concrètes de mise en place, dans des conditions controversées, d’un nouveau système d’identification biométrique en Mauritanie. Il met en lumière les tensions liées au moment crucial de la transition « numérique ». Il illustre également la manière dont les citoyens à la fois contestent et négocient les nouvelles procédures d’inclusion dans le fichier national des titres d’identité dits « sécurisés ». L’expérience mauritanienne montre que, loin d’être comme on le pense souvent une simple opération technique neutre et apolitique, la digitalisation des identités en Afrique est en réalité largement affectée par les conditions sociales de sa mise en œuvre.

 

Marielle Debos La biométrie électorale au Tchad : controverses technopolitiques et imaginaires de la modernitéhttps://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4-page-101.htm

  • Résumé : Les technologies d’identification biométrique, de plus en plus utilisées lors des élections en Afrique, sont vendues comme un moyen de lutter contre la fraude. À partir du cas de l’enregistrement des électeurs au Tchad pour la présidentielle de 2016, l’article étudie comment s’est développé un imaginaire de la biométrie qui oppose la rationalité et la neutralité supposées de la technologie à la perversion de la politique. Il montre que, si la biométrie a été construite comme une nécessité et une « solution » pour résoudre la crise politique, elle a été repolitisée par des controverses sur le choix de la « bonne » technologie, ses utilisations et le rôle des acteurs internationaux, notamment des industriels français.

 

Nora Bardelli : Entre témoignage et biométrie : la production du « réfugié » au Burkina Fasohttps://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4-page-121.htm?contenu=resume

  • Résumé : Cet article examine l’introduction de l’enregistrement biométrique des réfugiés maliens qui vivent au Burkina Faso. Il interroge la manière dont cette technologie, basée sur l’objectivité supposée de la vérité des corps, affecte les autres modes d’identification des réfugiés, en particulier ceux qui reposent sur le témoignage et l’authentification sociale. Il pose également la question des effets de cette nouvelle technologie sur la façon dont les réfugiés eux-mêmes construisent leur identité sociale. Finalement, l’article permet de comprendre que l’introduction de l’enregistrement biométrique des réfugiés n’a pas radicalement fait évoluer la manière dont le statut de réfugié est octroyé et la catégorie sociale construite.

 

Alimou Diallo : Politique de l’inanimé : un dispositif informel d’identification des « corps sans vie et sans papiers » au Marochttps://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2018-4-page-141.htm

  • Résumé : Depuis des décennies, un nombre important de migrants subsahariens meurt au Maroc en tentant de traverser la Méditerranée pour arriver en Europe. À partir d’une enquête ethnographique, cet article se propose d’étudier la procédure d’identification de ces migrants que la police marocaine retrouve sans vie et sans papiers d’identité, en examinant non seulement le rôle des familles, des ambassades et de l’État marocain, mais aussi en analysant les relations entre ces représentants des États, les « traceurs », les amis des migrants morts et leurs réseaux de connaissances. L’analyse de ce dispositif, que nous avons nommé « politique de l’inanimé », montre comment l’impératif de (re)lier ces corps à une famille et à un État d’origine met en lumière trois logiques : la logique sécuritaire qui est celle des policiers marocains, la logique « papiériste » qui est celle des diplomates, et la logique militante et familiale qui est celle des associations.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search