DOSSIER GENÈSES – CITOYENS DE PAPIER EN AFRIQUE

 

Le dossier Citoyens de papier en Afrique coordonné par Séverine Awenengo Dalberto et Richard Banégas a été publié par Genèses 2018/3 – n° 112 https://www.cairn.info/revue-geneses-2018-3.htm

 

Voici les contributions des membres du projet PIAF:

Séverine Awenengo Dalberto et Richard Banégas : Citoyens de papier : des écritures bureaucratiques de soi en Afriquehttps://www.cairn.info/revue-geneses-2018-3-page-3.htm

 

Louise Barré : « Mettre son nom » : revendications familiales au sein de procédures d’identification (Côte d’Ivoire 1950-1970),  https://www.cairn.info/revue-geneses-2018-3-page-12.htm

  • Résumé : En Côte d’Ivoire, la dernière décennie avant l’indépendance est caractérisée par une plus grande intrusion du gouvernement colonial français, notamment au travers de sa politique familiale : l’état civil devient la seule voie légale d’établissement d’une filiation. Cependant, ce cas d’étude montre comment des individus, en particulier des femmes, mais aussi des salariés, des parents, s’accommodent de ces opportunités légales, ouvertes par le papier, pour faire advenir une conception de la famille qui ne correspond pas au nouveau code civil. Ainsi le travail administratif est habité par l’incertitude des pratiques sociales, et son pouvoir identificatoire s’en trouve diminué. Les archives judiciaires et d’état civil régionales témoignent du changement d’orientation d’un État devenu pourvoyeur de droits.

 

Sidy Cissokho : Culture professionnelle et culture de l’État. Notes sur l’institutions du permis de conduite au Sénégal,  https://www.cairn.info/revue-geneses-2018-3-page-37.htm

  • Résumé : L’article porte sur le rapport entretenu par le groupe professionnel des chauffeurs de transport de passagers au permis de conduire au Sénégal. Il revient d’abord sur les évènements ayant abouti à l’instauration d’une filière de passage quasi exclusivement dédiée à ce groupe social. Il décrit ensuite certaines des pratiques des représentants de la profession visant à protéger le document lors des contrôles routiers. Enfin, il détaille le rôle joué par le document dans la scansion de la carrière des chauffeurs. L’ensemble esquisse les contours d’un ensemble d’usages et de représentations donnant au document une signification dépassant sa fonction sociale juridique initiale. Il met alors en lumière la relativité sociale des pratiques et des imaginaires de l’État.

 

Laurent Fourchard : Citoyens d’origine contrôlée au Nigeria, https://www.cairn.info/revue-geneses-2018-3-page-58.htm

  • Résumé : Le Nigeria a dissocié depuis quatre décennies le corps des citoyens en deux : les indigenes et les non indigenes. Les indigenes sont ceux qui peuvent faire remonter leurs racines généalogiques à une communauté de personnes originaires d’une localité. Les gouvernements locaux produisent des certificats d’indigene qui certifient cette origine. Cet article explore la relation entre les fonctionnaires des gouvernements locaux, leurs intermédiaires et les usagers en quête de certificat dans trois États du Nigeria. L’analyse montre comment les candidats se prêtent à ces procédures, comment la relation bureaucratique constitue un apprentissage ordinaire de l’État et redéfinit l’appartenance à une citoyenneté locale exclusive, et à quelles conditions la production de documents devient une question politique conflictuelle.

 

Armando Cutolo et Richard Banégas : Les margouillats et les papiers kamikazes. Intermédiaires de l’identité, citoyenneté et moralité à Abidjanhttps://www.cairn.info/revue-geneses-2018-3-page-81.htm

  • Résumé : L’article analyse l’activité des démarcheurs informels (surnommés « margouillats ») qui, autour du palais de justice d’Abidjan, « font sortir les papiers », en particulier les certificats de naissance et de nationalité, dont ils travaillent à l’obtention pour les requérants qui viennent en faire la demande. Il décrit leur insertion dans les pratiques administratives de production documentaire et les réseaux interpersonnels de la « chaîne alimentaire » du Palais. L’important est moins l’analyse de la corruption bureaucratique que les justifications morales apportées à la marchandisation de la nationalité. Se focalisant sur l’espace moralement liminal de production d’un faux document d’identité, l’article fait l’hypothèse que les intermédiaires n’effacent pas les frontières politiques de la citoyenneté mais prolongent au contraire, par capillarité, l’action discriminante de l’État dans la rue.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search