La co-production de l’encartement des citoyens à Johannesburg

L’articulation entre instruments et pratiques des établissements scolaires et du ministère de l’Intérieur en Afrique du Sud

Jeanne Bouyat, Working paper

Résumé :

Les processus d’identification, d’enregistrement et d’encartement sont exceptionnellement développés en Afrique du Sud. La présente étude apporte une contribution complémentaire aux travaux de sciences sociales sur ces processus, à travers une enquête sur un terrain jusqu’ici peu étudié, les écoles secondaires. Partant du constat du récent développement d’un appareillage sophistiqué favorisant l’encartement biométrique massif des lycéens, nous analyserons les interactions quotidiennes entre des fonctionnaires – ceux des ministères de l’Éducation et du Home Affairs, le ministère de l’Intérieur sud-africain – et les élèves et personnel des établissements scolaires secondaires à Johannesburg. Il s’agit ainsi de comprendre les modalités, influences et motivations d’un tel encartement. A partir d’entretiens avec des fonctionnaires des deux ministères et des personnels de lycées issus de quatre quartiers populaires de Johnnesburg, d’observations ethnographiques en établissements et dans un centre régional du Home Affairs, ainsi que de rapports ministériels officiels, nous analyserons comment instruments et pratiques locales s’articulent pour co-produire l’encartement des lycéens. Les établissements scolaires sont ainsi des cibles stratégiques pour la branche des services civiques du Home Affairs, notamment de ses unités mobiles, afin d’atteindre les objectifs de performance pour la délivrance des cartes d’identité biométriques. Cependant, les lycées ne sont pas des cibles passives du Home Affairs: l’institution scolaire participe elle-même activement à l’enregistrement et à l’encartement des élèves, qui lui permettent de développer des systèmes de management en ligne des ressources des établissements, des admissions des élèves et des examens. En conclusion, il s’agit de montrer comment cette co-production de l’encartement limite de fait les droits éducatifs des élèves non-nationaux dans un contexte marqué par une xénophobie élevée.

A télécharger ici :

BOUYAT 2017